Le Singe Hurleur roux !


Présentation d’un singe qu’on entend bien plus qu’on ne le voit :

Ces magnifiques singes couleur fauve, sont parmis les plus grands de Guyane avec les Ateles (1) et parmis les plus connus !

Cette notoriété est notamment expliquée par leurs « hurlements » caractéristiques qui leur a valu leur nom vernaculaire.

En effet, la plupart du temps, on entends ces singes bien plus souvent qu’on ne les observe.

Ces cris ont terrorisé, ou tout du moins impressionné, bien plus d’un nouvel arrivant sur le territoire Guyanais.
Depuis les premiers explorateurs jusqu’à nos jours où certains se tétanisent pendant leurs premières nuits en carbet quand soudain retentissent les cris des Babounes.

Ces cris ont probablement une part de responsabilité dans l’appellation « Enfer vert » qu’a reçu la forêt amazonienne guyanaise

Pourquoi « hurlent » ils ?

Il semblerait que les cris soient principalement utilisés pour signifier, à distance, aux congénères des alentours, que ce territoire est occupé.

La deuxième raison serait pour signifier et dissuader l’arrivée d’un potentiel prédateur dans ou autour du territoire du groupe chantant.

Dans tous les cas, l’évolution les a spécialement équipé pour avertir à distance sans avoir à se déplacer, grâce à leur « os Hyoïde creux et hyper développé servant de caisse de résonance aux hurlements caractéristiques » (2).
Initiés par le mâle dominant, c’est cris sont ensuite relayés par l’ensemble du groupe en même temps.
Cela leur permet d’être entendu à plusieurs kilomètres de distance !

Pourquoi avoir hérité de cet attribut spécial ?

Et bien parce que souvent dans la nature un avantage cache par ailleurs une faiblesse.
La leur, est une très lente digestion ainsi qu’une énergie nettement moins impressionnante que celle des Atèles.

C’est surtout la morphologie de l’intestin et le fonctionnement du système digestif des Hurleurs qui est en cause, ne leur permettant souvent pas de digérer plus vite qu’en 30heures un seul repas.

Ce système digestif lent ne tolérerait pas un régime majoritairement frugivore comme l’Atèle car celui ci serait encore plus long à assimiler et serait trop faible en protéine.
Ce qui les pousse à se tourner vers la recherche de nombreuses feuilles de plantes à hautes qualités nutritionnelles.
Ils consommeraient ainsi jusqu’à 190 espèces de plantes différentes ! (3)
Inversement l’Atèle ne pourrait pas répondre à la grande demande en énergie de son organisme (qui digère lui très vite) via un régime majoritairement composé de feuilles.

(Ceci explique au passage, pourquoi on peut observer ces deux espèces cohabiter sans se quereller dans un même territoire.)

C’est donc pour cela qu’on observe très souvent les Hurleurs au repos, souvent en boule, et cherchant le soleil en haut des arbres pour faciliter leur très lente digestion.

Un plaisir pour l’observateur humain et une aubaine pour la Harpie féroce (4) qui en ferait volontiers son repas.

Malgré un emploi du temps qui donne envie : « Les 3/4 de la journée sont consacrés au repos et à la sieste » (5) on comprend donc pourquoi ces singes hurlent à distance régulièrement pour éviter de se déplacer pendant leur repos.

Une espèce menacée par l’avancée de l’homme :

Moins menacés que les Atèles, grâce à leur « acceptation » ou plutôt tolérance des milieux faiblement endommagés par l’homme (forêts secondaires, mangroves, forêts fractionnées etc), et à leur territoire plus restreint, ils connaissent une menace d’un déclin moins visible mais pas moins réelle.

La chasse accélère la chute de leurs effectifs dans certains secteurs, que leur lent schéma de reproduction n’arrive pas à compenser : maturité sexuelle à 5 ans et 6 mois de gestation pour un seul petit élevé.

Œuvrons à notre mesure par l’apprentissage, la sensibilisation et l’action, pour protéger toutes ces magnifiques espèces amazonienne !

Sources :

(1)Retrouvez notre article sur l’ Atele noir ici :
https://www.facebook.com/103925808270545/posts/367931948536595/
(2)-Fiche du Singe Hurleur roux – OFB Guyane
(3)-Food Choixe and digestive stratégies of two sympatric primate species – Katharine Milton -1981
(4)Retrouvez notre article sur la Harpie féroce ici :
https://www.facebook.com/103925808270545/posts/363642048965585/
(5)-Hurleur roux – le singe tranquille – Tanguy Deville
-Alouatta macconnelli – Cortez-Ortiz, L.,Urbani, B.,Bouclier,J.de Mélo, FR, Mittermeier, RA & dos Santos, M, 2020.

Alouatta seniculus / Alouatta maconnelli pour la Guyane

Découvrez d’autres mammifères Guyanais

Le rat arboricole à nez rouge


Makalata didelphoides pour le nom scientifique de ce rat imposant qui pèse jusqu’à 300 grammes. Alors que nous remontions […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :