La sublime Chevêche des terriers !


Pourquoi ce nom ?

Moins éloquant que le nom de sa cousine européenne la Chevêche d’Athèna, la Chevêche des terriers a hérité de ce nom pour faire référence à sa façon de nicher !

En effet, elle réutilise des anciens terriers creusés par des mammifères pour y déposer ses œufs et en y élever ensuite ses petits !

Bien qu’elle les creuse rarement elle même, on l’a tout de même observé entretenir son terrier à raison de jet de sable/terre spectaculaire en grattant avec son bec et ses pattes.

Un moment idéal pour faire un « bain de sable » pour se deparasiter et entretenir son plumage ! D’une pierre deux coups.

Où se situent son terrier ?

Il sera recherché un milieu ouvert, avec des zones d’herbes basses afin de pouvoir voir venir les prédateurs mais aussi des herbes hautes à proximité (dans un rayon de 2km) afin de pouvoir chasser insectes, lézards et micromammiferes.

Des prairies et pâturages sont des lieux très intéressants mais on peut aussi la retrouver sur des terrains de golf, stades, aérodromes, terres cultivés,…

Que mange t-elle ?

Une grande proportion d’arthropodes : insectes, araignées, scorpions, etc mais elle est bien équipée pour s’attaquer aussi aux petits mammifères qui peuvent représenter selon les lieux et les périodes la majorité de leur régime quand ce ne sont pas les gros insectes.

Des amphibiens, des lézards, serpents et oiseaux viennent compléter le régime avec parfois également des animaux morts.

On l’observer chasser depuis un monticule de terre à proximité de son terrier ou depuis un perchoir voir à faible à moyenne hauteur (poteau de clôture, grillage, poteaux de stades etc)

Une capacité de défense très étonnante :

En Amérique du Nord il a été remarqué que la Chevêche des terriers, pour défendre son terrier des serpents et autres prédateurs, est capable d’imiter le son du serpent à sonnette, redoutable prédateur !

Une espèce en sérieux danger :

La reduction drastique et la fragmentation de son habitat est la cause première du déclin de cette espèce aux Amériques.

Au Canada par exemple il ne resterait plus que 1000 couples nicheurs environs…

Dautres facteurs participent à cette tendance : a transformation des prairies en terres pour l’agriculture intensive, l’utilisation de différents biocides contaminant et réduisant sérieusement ses proies : pesticides, insecticides, fongicides, herbicides…l’extension interminable du réseau routier multipliant les collisions, l’introduction d’espèce invasive (à l’image de la disparition de sous espèces aux caraïbes avec l’introduction de mangouste auparavant)

Athene cunicularia – Guyane Française – France – Janvier 2022

Une réponse à « La sublime Chevêche des terriers ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :