Apologie des herbes hautes


Pourquoi cette année je vais tondre différemment ?

👉A chaque coup de tondeuse ce sont des dizaines de fleurs qui disparaissent.
👉A chaque dizaine de fleurs disparues ce sont des centaines de papillons qui ne trouveront pas de nectar à butiner et de plantes hôtes où pondre, donc des dizaines de papillons disparus.
👉A chaque papillon disparu, ce sont des milliers de chenilles en moins, donc beaucoup moins de nourriture pour les oisillons qui en ont besoin pour se développer à cette période.
👉Par exemple, un couple de mésange, de rougequeue à qui on aura pourtant posé un nichoir pour les aider, sera pénalisé avec moins de chance de trouver les centaines de chenilles qu’elles doivent ramener chaque jour pour la dizaine de petits au nid.
👉A chaque papillon disparu, c’est aussi moins de nourriture pour les chauve souris, qui en chassent, entre autres, des milliers chaque nuit au dessus des herbes hautes, alors que ces mammifères subissent un déclin affolant (-88% pour la Noctule commune sur les 15 dernières années (source) ).
👉Des dizaines de fleurs perdues c’est aussi mettre en danger des centaines de butineurs (bourdons, abeilles, syrphes, etc) sans qui pourtant, nous ne pourrions plus cultiver 80% de nos plantes en Europe, donc c’est aussi nous mettre en danger nous-mêmes.
👉Des centaines de butineurs disparus c’est moins de nourriture pour les magnifiques guêpiers d’Europe qu’on prendrait pour des oiseaux tropicaux à la vue de leurs couleurs incroyables.
👉A chaque coup de tondeuse c’est également moins de diptères, d’hémiptères, ce qui représente une ressource de choix pour de nombreux autres oiseaux y compris les hirondelles dont les populations ont déjà chuté de 40% en quelques dizaines d’années (article dédié aux hirondelles).
👉A chaque coup de tondeuse c’est moins de plantes qui, après avoir servi en fleurs aux insectes, auraient permises l’hiver, de nous ramener de nombreux oiseaux à observer au jardin pour y prélever les graines diversifiées.
👉A chaque coup de tondeuse, ce sont des centaines d’orthoptères (criquets, sauterelles, grillons) et coléoptères qui ne se développeront pas dans les herbes hautes et qui ne serviront donc pas de repas pour le hibou petit duc.
👉C’est donc un hibou probablement perdu, étant donné qu’il se nourrit à environ 90% de ces insectes.
👉A chaque coup de tondeuse ce sont des grenouilles, des crapauds, des tritons, qui ne trouvent plus la fraîcheur et l’ombre de ces herbes sauvages pourtant cruciales pour protéger leur peau du dessèchement et pour circuler à l’abri.
👉A chaque coup de tondeuse, c’est des zones propices aux orvets, aux couleuvres pour chasser et se déplacer à l’abri, alors que ces reptiles complétement inoffensifs sont en forte régression.
👉A chaque coup de tondeuse ce sont des dizaines de micromammifères (musaraignes, mulots, campagnols etc.) qui auront moins de diversité végétale, de pousses, de racines, de bulbes sauvages et en parallèle moins d’insectes, de mollusques, d’araignées, de graines, pour se nourrir ni de cachettes pour circuler.
👉Vous vous dites, « chouette j’aurai moins de ces rongeurs! » mais ce qu’ils ne mangent pas dans votre prairie/friche/zone sauvage que vous allez tondre c’est ce qu’ils mangeront dans votre potager.
👉C’est en plus priver la belette, l’hermine, les hiboux, les chouettes chevêche, effraies et hulottes de leurs repas pour nourrir leurs petits, alors que chaque famille en régulera plusieurs milliers chaque année.
👉A chaque coup de tondeuse c’est une chance en moins d’accueillir le hérisson que l’on souhaite pourtant attirer dans nos jardins, retenons que l’essentiel de son alimentation se retrouve dans les herbes hautes.


Pour résumé :

👉A chaque coup de tondeuse ce sont des milliers de petits insectes dont la plupart d’entre nous n’ont jamais entendu parlé et qui représentent pourtant la base du repas de nos mammifères, de nos reptiles, de nos oiseaux, et la base de l’équilibre de nos écosystème et de la bonne santé de nos sols. 👉A chaque coup de tondeuse ce sont donc moins de ressources en alimentation, en eau, en cachettes, en habitat, en lieu de reproduction, en lieu de ponte, et moins de zones de circulations (corridor écologique) pour l’ensemble de la faune du jardin.

⚠️Un animal n’utilise, ou ne s’installe dans nos jardins que s’il trouve ses ressources a disposition.

👉Favorisons donc les herbes hautes, ne tondons pas systématiquement dès que l’herbe pousse, nous aurons beaucoup plus d’espèces dans nos jardins et récolterons alors beaucoup plus d’équilibre et de résilience, moins de chance de développement de maladies ou de surpopulation d’une espèce que certains appelleront alors « ravageurs. Et en plus beaucoup de plantes sauvages se mangent et compléteront vos productions potagères plus réussies !

⚠️Il ne s’agit pas ici de ne plus tondre du tout, d’abandonner l’ensemble de son jardin à la forêt, mais de penser une colocation avec les centaines d’espèces qui vivent dans nos jardins.

👉Cette année tondons différemment, c’est à dire de manière à délimiter des zones pour nous, pour nos activités et notre circulations, et des zones pour les animaux, pour leurs activités et leurs circulations.
👉Bien sûr, nous pouvons continuer à tondre une zone du jardin pour se rouler dans l’herbe avec nos enfants.
👉Bien sûr, nous avons le droit (et c’est même conseillé) de tondre des zones de circulation, des chemins pour marcher au travers de notre jardin sans impacter la vie du sol et des herbes.
👉Et enfin, bien sûr nous pouvons tondre « comme on le souhaite », l’idée ici est simplement d’intégrer la protection de la faune dans nos pratiques !

👉Nous pouvons tous, avec des gestes simples, ou en l’occurrence ici, avec des gestes économises et du travail allégé, agir pour préserver des espèces qui sont en déclin, et être un exemple de jardin agréable à vivre de notre point de vue, et du point de vue des centaines d’espèces qui nous offriront de magnifiques spectacles à découvrir avec nos enfants.

👉Essayons, et observons que les fleurs aux milles couleurs, les visites de papillons, les chants des oiseaux et autres surprises vous feront gagner bien plus de beauté et d’esthétisme qu’un gazon à ras où la vie à disparu !

🙏Merci à notre photographe partenaire Cazard Margotte Angélique pour ces photos magnifiques !

A suivre aussi :

-La revue naturaliste La Salamandre

-La revue naturaliste La Hulotte

-la sortie du livre « la biodiversité augmentée au jardin » de Hymenoptera Le Jardin Écologique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :