Plaidoyer pour les moineaux


Je suis un moineau domestique parisien et on ne me voit presque plus ici.
Dans cette ville, environ 3 moineaux sur 4 ont disparu au cours de ces vingt dernières années (1).
Mes congénères disparaissent à des rythmes effrénés également dans les autres grandes villes de Londres jusqu’en Inde.
En campagne et en zone périurbaine, notre déclin est ressenti parfois très fortement, parfois très peu selon les lieux.
Il convient de préciser qu’il demeure des zones où les colonies locales de moineaux se portent bien ! A l’image de la Suisse où les populations semblent stables (2)

Je prend la parole au nom de tous les Passer domesticus (Moineaux Domestiques) et Passer montanus (Moineaux Friquets) pour en appeler à votre considération.

👉Pourquoi sommes-nous amenés à disparaître dans certains lieux alors que nous étions si présents, et comment vous pouvez nous aider à continuer à exister ?

Vous nous avez donné ce nom (moineau domestique) car nous avons décidé de vivre proche de vous. Si nous avons co-évolué auprès de vous c’est pas que nous sommes domesticables mais qu’on a su profiter de votre présence pour obtenir le gîte et le couvert facilement, et ce pendant des siècles.

Une fabuleuse histoire de cohabitation, avec des hauts et des bas (cf l’origine des pots à moineaux…) mais qui est devenue particulièrement houleuse depuis une cinquantaine d’années :

Vous aménagez « votre » environnement (vos villes, vos campagnes, et même vos jardins) sans penser, ni à nous, ni au reste de la faune sauvage.

Résultat, tous les 10 ans en France, c’est équivalent d’un département en plus qui est artificialisé.
On ne trouve alors plus d’endroit pour se reproduire en sécurité et plus de ressources alimentaires suffisantes.
Les trous dans vos bâtisses qu’on utilisait pendant des siècles pour nicher sont rebouchés, voir toute la façade ou la toiture rénovée, et on se fait chasser parfois même très explicitement à l’aide de « stop piaf », obturateur de tuiles et autres stratagèmes discutables.
L’agriculture intensive de son côté participe à grande échelle à la raréfaction des bocages, des prairies fleuries, des zones en jachère, des insectes, et de la diversité des plantes sauvages qui nous sont propices.

Les jardins où la tondeuse est l’outil principal font disparaître les graines sauvages diversifiées qu’on a besoin pour passer l’hiver, cette même tondeuse part à la guerre contre les hautes herbes au printemps et l’été ce qui empêche les sauterelles, les chenilles, larves et araignées de se développer. C’est pourtant ces même insectes dont nous avons besoin pour nourrir nos oisillons..

Les haies monospécifiques (thuyas, lauriers, bambous,…) et de plantes exotiques sont une catastrophe pour nous, alors que dans la haie diversifiée d’essences locales nous trouvions une quantité incroyable d’insectes, de lieux refuge anti prédateurs (prunelier, houx, aubépines, ronciers,..) et de lieux pour passer l’hiver (lierres et autres persistants)

Et par dessus ces habitats et lieux de nourrissage qui se dégradent rapidement on doit faire face à la malbouffe croissante dans vos villes, vos gares, vos fast food, dont nous récupérons les miettes et nous empoisonnons à petit feu sans en avoir conscience.
Dans vos champs ce sont les biocides (pesticides, insecticides, fongicides, herbicides) qui nous contaminent et accélèrent notre déclin.
La pollution de l’air et de l’eau de vos grandes villes n’arrangent pas les choses, et la méconnaissance de nos besoins transforment même vos bonnes intentions en piège pour nous ou nos oisillons (alimentation au pain, boules de graisse, mangeoires remplies à l’année, tentatives de sauvetage d’oisillon sans précaution et connaissances, nichoirs non adaptés, etc)

👉Alors comment nous aider efficacement, facilement, et gratuitement ?

Avant tout en changeant votre regard sur nous : en faisant preuve de tolérance et d’un peu d’intérêt à notre égard.


A croire que parce que nous étions si communs nous sommes devenus sans intérêt, sans valeur.

👉Aidez-nous en nous proposant des lieux de nidification :

-Faites-nous une place sous votre toiture, dans votre grange, hangar, et si nos fientes vous dérangent comme celles des hirondelles, placez simplement une planchette en bois sous notre nid et le tour est joué, ou placez-nous un nichoir !

On utilise très volontiers les nichoirs que vous nous proposerez, pour peu qu’ils soient bien conçus et bien installés ! Ils nous permettent d’élever nos petits sans être victimes de prédation et d’intempéries (plans adaptés & Conseils de pose )
Comme on vit en colonie, installez plusieurs nichoirs à côté les uns des autres ou installez un « hôtel à moineaux » : un nichoir où 3 à 5 nichoirs sont intégrés/accolés avec chacun son trou d’envol et sa zone de nidification.

👉Aidez-nous en proposant des ressources alimentaires naturelles toute l’année :

Vous l’avez compris on adore les haies denses et variées, les arbustes, buissons denses pour dormir, se mettre à l’abri des prédateurs, et se nourrir : des haies de pruneliers, aubépines, sureaux, chèvrefeuilles, troènes, houx, fusain d’Europe, rosiers sauvage etc.
Bien que l’on vit jusque dans vos villes, nous sommes dépendants des végétaux comme tout animal sauvage, alors végétalisez votre jardin, votre balcon, votre terrasse, et diversifiez les essences !
Laissez le lierre grimper sur vos arbres, on adore s’y retrouver, l’utiliser comme protection contre les intempéries ! En plus il fourni des fleurs tardives pour les pollinisateurs et des baies l’hiver pour nous autres les oiseaux!
Créez-nous une zone sauvage au jardin, laissez les herbes hautes s’exprimer, une zone de jachère de fleurs sauvages, ça favorisera les insectes nécessaire à nos petits pour grandir. Les papillons et pollinisateurs vous remercieront par leur présence.
En plus de laisser les plantes sauvages spontanées dans un coin du jardin, vous pouvez aussi planter des céréales sauvages (graminées) ou cultivées, et des plantes comme le mouron, le séneçon, le plantain. Pour nos cousins les moineaux friquets, dont le déclin est tout aussi important (si ce n’est plus), du quinoa, choux kale, millet rouge.. Encore un travail de partage et de cohabitation à mener !

Si vous laissez vos herbes monter en graines, nous aurons en plus un repas l’hiver, bien plus varié que le tournesol (ce qui ne vous empêche pas d’en planter également, plutôt que d’acheter les graines.)
Si on trouve une zone de sable ou de terre à nue dans votre jardin on s’y rendra pour nous aider à nous déparasiter, et si vous nous aménagez un point d’eau, on vous émerveillera par les bains quotidiens dont on a besoin pour s’abreuver et pour entretenir notre plumage.

Nous hésiterons, bien sûr, à nous installer si un chat rôde dans votre jardin, même s’il semble sympathique, il reste un de nos plus grands ennemis.

👉Aidez-nous en discutant autour de vous des bonnes pratiques pour nous accueillir dans vos jardins, vos villes et vos villages!

👉En nous aidant, c’est tous les oiseaux et la faune sauvage que vous aiderez avec ces gestes simples, car nous ne sommes pas les seules espèces en déclin… De nombreux oiseaux granivores comme nous connaissent les mêmes problématiques de ressources alimentaires, et de nombreuses espèces cavernicoles nos problèmes de logement..

🙏Merci pour votre lecture et pour votre aide !

Déclin en France – source VIGIE NATURE :

Moineau domestique :
-13% en 18ans
-73% à Paris en 13 ans (1) : Enquête COREF-LPO

Moineau Friquet :
-56% depuis 2001 Fort déclin
60% sur les 10 dernières années, Fort déclin
Déclin de -97% au Royaume-Uni depuis 30ans

Déclin en Europe : source EBCC/BirdLife/RSPB/CSO

Moineau domestique :
-65% à long terme 1980-2017

Moineau Friquet :

-63% à long terme 1980-2017

(1) http://www.vigienature.fr/fr/moineau-domestique-3510 (2)https://www.salamandre.org/article/moineau-domestique-disparition/)

Merci à notre photographe partenaire Cazard Margotte Angélique pour les superbes photos 🙏

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :