PermaFaune et le Gypaète barbu (48)


Retour sur cette Balade Naturaliste du 16 Janvier 2021 dans le Sud ouest marquée par d’incroyables rencontres ! Une journée haute en sensation et en belles observations !

Du deuxième plus petit oiseau d’Europe à l’un des plus grands !

Retour sur notre rencontre avec le minuscule roitelet huppé au géant Gypaète Barbu en passant par les milans royaux et les vautours fauves !

Zoom sur l’incroyable et imposant
Gypaète Barbu ( Gypaetus barbatus)!


D’importants projets nationaux et internationaux sont menés pour permettre la préservation du Gypaète Barbu, dont la population reste fragile et menacée par de nombreux dérangements :
le braconnage, la dégradation et la perte d’habitat, l’insuffisance des ressources alimentaires.

« En 2019 en France, il y a 43 couples territoriaux dans les Pyrénées, 5 couples en Corse, et 18 dans les Alpes. Soit un total de 66 couples.
Deux programmes de réintroduction dans le Vercors et dans les Grands Causses été mis en place en 2010 et 2012 pour relier les populations alpines et Pyrénéennes. » (1)

Un faible taux de présence qui fait de cette rencontre une véritable chance et un incroyable moment !

Cet oiseau mesure entre 1,10m et 1,50m, pèse environ 7kg, et peut atteindre plus de 2m80 d’envergure.
plumage brun foncé, tête noire, tâche blanche en haut du manteau.
Le plumage va évoluer progressivement pour obtenir son plumage d’adulte vers 5-6ans.
Ce dernier sera contrasté, de couleur gris ardoise aux ailes et surtout blanc à orange pour la tête et le ventre.

Le Gypaète est essentiellement nécrophage, tout comme les vautours fauves et moines. Mais il arrivera après ces derniers sur une carcasse car il est spécialisé dans les os (80% de son régime).

D’incroyables évolutions biologiques et aptitudes lui permettent d’avaler des os mesurant jusqu’à 40cm de long et 3 à 4 cm de diamètre :

  • un bec et une gorge à très grande ouverture
  • un œsophage aux parfois renforcées par de la kératine
  • un jabot inexistant permettant la descente directe dans l’estomac
  • des sucs digestifs puissants

    « Pour casser les os trop longs avant de les avaler, le gypaète les emporte et les laisse tomber de haut.
    Il lui arrive aussi d’utiliser cette technique pour briser la carapace des tortues terrestres encore vivantes en les précipitant plusieurs fois d’une altitude de 100m ou plus. »

Sources et plus d’information sur :

(1) http://rapaces.lpo.fr/gypaete-barbu/presentation

(2)Le comportement des oiseaux d’Europe – Edition Salamandre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :