La démarche

1- LE CONSTAT

Avant de devenir « nos jardins », « nos terrains », nos lieux étaient déjà le lieu de vie, de passage, de nourrissage, de reproduction, de nombreuses espèces.
Et si nous acceptions de partager « notre jardin » avec eux, leur permettions de rester, de s’installer, ou simplement de passer quelques minutes, une journée, une semaine, une saison ?
Et si nous leur facilitions l’accès à une alimentation, à l’eau, mais aussi aux lieux de nidification ?


Je suis intimement et profondément convaincu que nous avons tous un rôle à jouer dans la préservation de nos écosystèmes, et que nous sommes TOUS porteur d’un réel pouvoir d’action, à notre échelle individuelle.


Ainsi nous pourrions participer à freiner la chute des espèces, et dans le même temps nous profiterions d’un décor de vie embelli, d’un cadre plus sain, d’un lieu plus équilibré, permettant alors de retrouver une connexion avec ces espèces végétales et animales.

Trop peu connues, ces espèces, pourtant toutes aussi fabuleuses les unes que les autres, sont devenues difficiles à chérir et donc à protéger.


Ces millions d’espèces animales composent pourtant notre environnement sensoriel au cours d’expériences visuelles, auditives, olfactives, tactiles et gustatives, et influencent notre environnement social et culturel de par l’histoire, l’éducation, nos interactions avec elles, et les représentations que l’on en a.

L’AVENTURE QUE JE VOUS PROPOSE DE VIVRE
EST DE VOUS RAPPROCHER,
DE CETTE DIVERSITÉ QUI VOUS ENTOURE,
PARFOIS CACHÉE, MAIS POURTANT BIEN PRÉSENTE.


La démarche que je vous propose :
Observer, s’interroger, et agir.

Tout comme l’invite le premier principe de permaculture, la première étape réside toujours dans l’observation de votre environnement.

Observation d’un Bihoreau gris hivernant dans la région, non visible sur la photo



Cette étape vous permettra de faire connaissance avec l’immense diversité d’espèces présentes dans votre environnement.
Nous cohabitons avec des dizaines d’espèces d’oiseaux, des centaines d’espèces d’insectes, des reptiles, des mammifères, parfois même des amphibiens. Beaucoup sont discrets ou farouches, mais ne sont pas pour autant absents !
Vous allez alors découvrir des espèces étonnantes, magnifiques, ou intrigantes.

Parfois même certaines à première vue embêtantes et d’autres que vous souhaiteriez voir d’avantage.

La deuxième étape permet de s’interroger, pour mieux préparer l’action qui suivra.

Se questionner quant à l’impact des gestes du quotidien :
Faites-vous le tri ? Utilisez-vous encore des produits nocifs à l’intérieur de la maison et dans votre jardin ? (50% des foyers en France utilisent encore des insecticides ou produits nocifs)

Je vous propose de découvrir le mode de vie des espèces de notre jardin, en vous interrogeant sur leurs habitats, sur leur alimentation, le cadre favorable à leur reproduction ainsi que les interactions avec d’autres espèces y compris l’homme,
Ce qui questionne notre rapport avec le reste du vivant et notre incidence sur lui.


Retrouvez sur la page dédiée aux sources bibliographiques les différents livres, conférences, revues qui interrogent et nourrissent les réflexions à ce sujet



La troisième étape découle des observations et des recherches, renforcées par les connaissances de naturalistes, de scientifiques, d’associations de protection de la nature et de PERMAFAUNE.
Cette étape consiste en la conception de projets d’aménagements, qui permettra une cohabitation sereine et positive avec cette faune si mystérieuse !

Pose de nichoirs à Chouettes chevêche dans le cadre de la création d’un refuge LPO

Gardons en mémoire que nous avons un immense impact possible, chacun à notre échelle.


Sachez par exemple, que si l’on regroupait tous les jardins de particuliers français, nous obtiendrions 4 à 5 fois la surface des Réserves Naturelles de France !

Autrement dit, ce chiffre nous rappelle que nous sommes les premiers acteurs de la protection de la nature.

%d blogueurs aiment cette page :